Bienvenue à Laboratoire MOKAWAMA

Heures d'ouverture : Lun-Ven: 7h30 > 18h30 | Samedi: 8h00 > 13h00
  Tél. : 0522 44 81 80

Tous les articles dans la catégorie : Biologie médicale

Khalid Akdi, le biologiste marocain qui lutte contre le cancer à travers l’agriculture

Séville – Le monde aseptique des laboratoires et des éprouvettes est à la fois sa passion et sa profession.

Tout au long de sa riche trajectoire, le docteur en sciences biologiques Khalid Akdi s’est appliqué à démontrer les bienfaits des micro-organismes pour obtenir des produits issus d’une agriculture respectueuse de l’environnement et du corps humain.

Né à Chefchaouen en 1970, ce marocain dirige depuis presque vingt ans le département Recherches et Développement (R&D) d’une entreprise andalouse de la place spécialisée dans la mise au point de solutions de biotechnologie écologiques et soucieuses de l’environnement, au profit de la filière agricole.

En 1993, Khalid Akdi a traversé le Détroit, direction Séville, après l’obtention d’une licence en biologie animale de l’Université Abdelmalek Essaadi. C’est dans la capitale andalouse qu’il prépare et obtient son doctorat.

LA SUITE SUR LE SITE DE LA MAP

Lire la suite

Cancer du sein : dosage des cellules tumorales pour améliorer la prise en charge

Le dosage des cellules cancéreuses circulant dans le sang pourrait orienter le choix du traitement et augmenter la survie de patientes atteintes d’un cancer du sein hormono-dépendant métastatique selon l’essai clinique STIC-CTC (Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses en cancérologie – cellules tumorales circulantes).

Un taux de CTC élevé serait le signe d’une propagation du cancer, et donc d’un pronostic défavorable de la maladie. Ce nouveau marqueur permettrait ainsi d’orienter le traitement vers une chimiothérapie plutôt que vers l’hormonothérapie classiquement prescrite. L’étude STIC-CTC a montré que, sur 778 patientes atteintes de cancers du sein RO+ HER2-, le dosage des CTC, soit confirmait le traitement prescrit par le médecin, soit orientait vers une chimiothérapie à la place de l’hormonothérapie prescrite initialement, et augmentait de ce fait la survie des patientes. Cette étude clinique de phase 3 a été menée dans une quinzaine d’hôpitaux français et plusieurs laboratoires d’analyse par les professeurs François-Clément Bidard, oncologue médical à l’Institut Curie et professeur de médecine à l’université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines et Jean-Yves Pierga, chef du département d’Oncologie médicale de l’Institut Curie. Ces résultats ont été présentés au San Antonio Breast Cancer Symposium début décembre.

SOURCE: EDP BIOLOGIE

Lire la suite
les-femmes-vivent-plus-longtemps-et-la-science-ne-sait-pas-vraiment-pourquoi/

Les femmes vivent plus longtemps et la science ne sait pas vraiment pourquoi

Partout dans le monde, les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Un atout biologique qui pourrait être lié à leur rôle essentiel dans la reproduction.

Jeanne Calment, Emma Morano, Jessie Gallan, Susannah Mushatt Jones, Kane Tanaka… Leur point commun? Avoir vécu jusqu’à 110 ans au moins. Et pour espérer faire partie de ce club des «supercentenaires», mieux vaut être une femme. Cet avantage de longévité du sexe dit faible se retrouve partout dans le monde et serait à rechercher du côté des hormones sexuelles. Plus particulièrement du côté des œstrogènes. Déjà connus pour protéger les femmes contre les maladies cardiovasculaires jusqu’à la ménopause, les œstrogènes préserveraient également les télomères, selon une étude présentée à un congrès sur la ménopause par Elissa Epel, professeur de psychiatrie (université de San Francisco).

Lire la suite